>

30 octobre 2009 – L’activité physique intense par intervalle serait encore plus bénéfique que pratiquer des exercices en continu pour améliorer la santé cardiovasculaire, selon le Dr Martin Juneau, directeur de la prévention à l’Institut de cardiologie de Montréal (ICM).

Le cardiologue a présenté les résultats d’un essai clinique qu’il a dirigé sur l’exercice physique et la santé du coeur, lors du Symposium francophone de médecine1 à Montréal.

Le Dr Juneau insiste pour dire que l’activité physique contribue à diminuer le risque de maladies cardiovasculaires de 30 %. La bonne nouvelle, c’est qu’un entraînement par intervalle permet d’obtenir les mêmes résultats en beaucoup moins de temps.

« Il s’agit de pratiquer un exercice physique à pleine intensité pendant 30 secondes, suivi d’un repos de 30 secondes, pendant 8 minutes, explique le Dr Juneau. On s’accorde ensuite une pause de 4 minutes, suivi d’un 2e bloc d’exercices identiques aux 8 premières minutes. »

Cette approche peut être pratiquée par tout le monde. Il la prescrit déjà aux participants à son étude, soit des personnes âgées de 70 ans et plus et aussi à celles qui sont cardiaques. « Non seulement cette méthode ne présente aucun danger, mais ses bénéfices surpassent ceux obtenus après 30 minutes d’exercices en continu », soutient Martin Juneau.

Le médecin ne conseille pas un exercice en particulier, ni un intervalle de temps précis. Pour lui, le truc consiste à choisir n’importe laquelle variation, à condition d’atteindre la zone anaérobique, c’est-à-dire quand l’effort cardiaque se situe entre 60 % et 85 % de votre capacité maximale.

« Pour atteindre des résultats optimaux, je conseille à mes patients d’alterner une journée d’exercices par intervalle avec une autre en continu », explique-t-il.

Régime santé : activité physique et alimentation méditerranéenne

Les bienfaits de l’activité physique combinés à de saines habitudes de vie, surtout lemaladies cardiovasculaires, abaissent la mortalité cardiovasculaire jusqu’à 60 %, rappelle Martin Juneau.

Mieux encore, le cardiologue français Michel de Lorgeril2 a démontré le premier comment la combinaison s’est avérée encore plus efficace que les statines à contrôler l’hypercholestérolémie en intervention primaire, affirme-t-il.

« J’entends des patients me dire qu’après 55 ans, il est trop tard. Erreur! Toutes les études longitudinales prouvent qu’une amélioration de vos capacités physiques améliore rapidement la capacité pulmonaire, la circulation sanguine, les capacités cardiaques et la régénérescence cellulaire. » Les études sont unanimes, poursuit le chercheur. L’activité physique fait diminuer le taux de morbidité (période durant laquelle une personne est malade avant de mourir) et d’invalidité de 25 %, la première année seulement!

Pour les personnes de 55 ans et plus, on parle d’une réduction de la période d’invalidité de 2 ans à 3 ans en fin de vie. Des statistiques non négligeables, estime Martin Juneau.

Lisez notre autre nouvelle sur le Symposium francophone de médecine : Gérer son stress : la prescription du Dr Serge Marquis.

Danny Raymond – PasseportSanté.net

1. Le Symposium francophone de médecine, qui s’est déroulé les 28, 29 et 30 octobre à Montréal, est organisé par l’Association des médecins de langue française du Canada.
2. Voyez à ce sujet notre entrevue avec le Dr de Lorgeril Cholestérol et statines : Michel de Lorgeril persiste et signe.

Wikio

Advertisements

About EdR

Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur. (proverbe africain)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s