>

11 novembre 2009 – Les gros mangeurs de viandes transformées et, dans une moindre mesure, ceux qui consomment les viandes rouges seraient plus à risque d’être atteints du cancer de la prostate.

C’est ce qu’indiquent les résultats d’une étude1 menée auprès de 175 343 hommes âgés de 50 ans à 71 ans. Aucun ne souffrait du cancer de la prostate au départ.

Neuf ans plus tard, 10 313 cas de cancer se sont déclarés et, parmi ces cas, 1 102 participants avaient un cancer à un stade avancé, c’est-à-dire accompagné de métastases.

Les chercheurs ont découvert que ceux qui consommaient le plus de viandes transformées – charcuteries, bacon, saucisses – couraient un risque nettement plus élevé (32 %) de contracter le cancer de la prostate que ceux qui en mangaient le moins.

Chez les gros mangeurs de viande rouge, le risque de cancer augmentait légèrement (12 %) par rapport à ceux qui en consommaient le moins. Chez les amateurs de viandes grillées, le risque augmentait de 11 %.

Un cancer fréquent

Selon les chercheurs, ces résultats sont indépendants des principaux facteurs de risque pouvant mener à un cancer de la prostate, soit le vieillissement, les antécédents familiaux et la race.

On estime qu’environ 33 % des hommes de moins de 80 ans sont atteints de ce cancer à divers degrés. Les hommes de certaines familles sont plus atteints que d’autres. Les Noirs sont plus touchés que les Blancs et les Asiatiques le sont moins.

Parmi les facteurs de risque de moindre importance, il y a l’obésité, le manque d’exercice, le tabagisme, la vasectomie, l’hypertrophie bénigne de la prostate et les infections transmises sexuellement (ITS).

Depuis quelques années, on pense que la consommation de viandes rouges et de viandes transformées pourrait aussi faire partie des facteurs de risque secondaires.

On croit que les nitrites et les nitrates présents dans la viande rouge et surtout dans les viandes transformées pourraient être en cause. Il est également possible que certains composés chimiques qui se forment lors de la cuisson – particulièrement en grillade – aient un effet cancérigène.

Pierre Lefrançois – PasseportSanté.net

1. Sinha R, Park Y, et al. Meat and meat-related compounds and risk of prostate cancer in a large prospective cohort study in the United States. Am J Epidemiol. 2009 Nov 1;170(9):1165-77.

Wikio

Advertisements

About EdR

Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur. (proverbe africain)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s