>

12 mars 2010 – Perdre du poids est un combat perpétuel et complexe pour des millions de femmes et d’hommes. Trois experts étaient réunis récemment, dans le cadre d’un symposium1 sur l’appétit et la satiété, pour remettre les pendules à l’heure et partager avec plus de 250 diététistes les dernières percées scientifiques à ce sujet.

Motivation

Catherine Bégin, professeure de psychologie à l’Université Laval et spécialiste des troubles des conduites alimentaires, a lancé la discussion. Selon elle, on sous-estime trop souvent le rôle que joue la motivation dans la perte de poids. « Certaines sources de motivation sont externes, a-t-elle expliqué. Par exemple : je veux perdre du poids parce que mon médecin me l’a conseillé. D’autres sont intrinsèques à l’individu : je veux être en bonne santé. »
Parallèlement, certaines motivations sont axées sur les résultats : je veux peser 55 kilos. D’autres sont axées sur le processus : j’ai envie d’améliorer ma relation à la nourriture.
Perdre du poids: motivation, satiété et quantité« Quand la motivation est externe et axée sur les résultats, la perte de poids est plus difficile à maintenir à long terme, a souligné la psychologue. Une personne qui reprend 1 kilo après en avoir perdu 5 risque de se décourager si sa motivation est axée sur les résultats. À l’inverse, un individu qui s’attarde au processus va tenter de comprendre ce qui s’est passé. Il peut réaliser, par exemple, qu’il a vécu une semaine stressante, ce qui l’aidera à faire des liens utiles à long terme. »

Sommeil et calcium

Le chercheur Angelo Tremblay, qui vient de publier un livre intitulé Prenez le contrôle de votre appétit… et de votre poids, a discuté pour sa part des facteurs physiologiques qui influencent la balance énergétique. Angelo Tremblay est également professeur de physiologie et de nutrition à l’Université Laval et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’environnement et le bilan énergétique.
D’abord, le sommeil. Des études récentes ont montré que ceux qui dorment peu sont à risque de surpoids. En effet, le manque de sommeil abaisserait la production de leptine, une hormone qui réduit la prise alimentaire. À l’inverse, ne pas dormir beaucoup augmente la production de ghréline et de cortisol, des hormones qui stimulent l’appétit.
Deuxième facteur physiologique associé à l’appétit : la prise de calcium. Une enquête réalisée auprès de volontaires de la région de Québec a montré que les personnes qui en absorbaient moins de 600 mg par jour accusaient un pourcentage de graisse plus élevé que ceux qui absorbaient ce minéral en quantité suffisante.
Enfin, Angelo Tremblay a discuté de l’effet du travail intellectuel sur la prise alimentaire. « Se creuser les méninges creuse l’appétit », a-t-il expliqué. Des études cliniques menées dans son laboratoire ont montré que des étudiantes à qui on avait demandé de résumer un texte mangeaient davantage lorsqu’on leur offrait par la suite un buffet à volonté, par rapport à des étudiantes d’un groupe témoin qui étaient restées au repos.

Texture des aliments

Myriam Géhami, nutritionniste et membre de la Clinique universitaire de nutrition de l’Université de Montréal, a conclu le symposium en portant l’attention des diététistes réunies sur d’autres facteurs influençant la satiété.
L’odeur, la température et la texture des aliments exercent toutes une influence sur l’appétit. Des aliments pris sous forme liquide, une soupe de légumes par exemple, procureront moins de satiété que si on les mange sous forme solide.
La diversité a également un effet. Quand les aliments sont offerts en grand nombre, on risque de vouloir goûter à tout et d’ingérer davantage de calories.
Enfin, Myriam Géhami a souligné que la présence d’autres convives à table incite souvent les individus à manger davantage. Idem pour ceux qui avalent leur repas devant la télévision. « On est distrait, alors on écoute moins les signaux envoyés par notre corps. »
Dominique Forget – PasseportSanté.net
1. Le symposium, qui s’intitulait Nouvelles perspectives sur les facteurs psychologiques et environnementaux qui influencent l’appétit et la satiété, a eu lieu le 10 mars au Centre Mont-Royal, à Montréal.

Wikio

Advertisements

About EdR

Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur. (proverbe africain)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s