>

12 mars 2010 – Peu importe l’âge, l’activité physique joue un rôle primordial dans la santé des os. Et il n’est jamais trop tard pour s’y mettre.
C’est ce qu’a affirmé la kinésiologue Claudine Blanchet, lors d’un atelier traitant de l’ostéoporose, dans le cadre des Journées annuelles de santé publique (JASP)1.
Chercheuse à la Chaire pour une approche intégrée en santé de l’Université Laval, Claudine Blanchet a expliqué qu’à chaque période de la vie, l’activité physique permet de renforcer les os et d’éviter ainsi les fractures, surtout chez les aînés.

Des os solides, de l’enfance à la retraite!

Selon Claudine Blanchet, c’est au début de la vingtaine que la masse osseuse est optimale, mais pour prévenir l’ostéoporose, c’est en bas âge qu’il faut s’y mettre. Une augmentation de 10 % de la densité de la masse osseuse durant cette période réduit de 25 % à 50 % le risque de fracture.
« Les enfants doivent courir et sauter, car c’est à cet âge que les os se construisent pour la vie. Or, ils sont de plus en plus sédentaires : on devrait ramener les cordes à danser et les élastiques à sauter dans les cours d’école », suggère-t-elle.
Plus tard, de l’adolescence à 30 ans, l’activité physique continue de stimuler la masse osseuse, tandis qu’après l’âge de 35 ans, bouger permet de la maintenir et de retarder la fragilisation osseuse liée au vieillissement.

Quels exercices privilégier?

Ce sont les exercices axés sur la force, plutôt que sur l’endurance, qui procurent les meilleurs bienfaits pour la santé osseuse.
« La marche et le jogging, c’est bien, mais les os s’adaptent au stress mécanique et finissent par atteindre un seuil de saturation. Pour maintenir sa masse osseuse, il faut donc augmenter la charge graduellement », précise Claudine Blanchet.
Par exemple, monter et descendre des escaliers rapidement, avec intervalles, est un bon exercice. Après quelques mois, on ajoute du poids.
« Avant l’âge de 50 ans, l’idéal consiste à faire des séances – fréquentes, mais brèves – d’activité physique avec des charges variées, indique-t-elle. Après 50 ans, on évitera les exercices où le risque de chute ou de fracture est élevé. »
Par exemple, la danse, le ski de fond, le tai-chi et le yoga sont des activités qui permettent d’améliorer l’équilibre et l’amplitude musculaire.
« L’important chez les aînés est d’éviter les chutes. On estime que, chez les femmes de 50 ans et plus, 4 sur 10 subiront une fracture. Et parmi celles qui auront une fracture de la hanche, 1 sur 5 mourra des complications attribuables à ce traumatisme », de conclure Claudine Blanchet.
Martin LaSalle – PasseportSanté.net
1. Pour en savoir plus sur les JASP : www.inspq.qc.ca [consulté le 12 mars 2010].

Wikio

Advertisements

About EdR

Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur. (proverbe africain)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s