>

6 mai 2010 – La chirurgie bariatrique se présente comme la solution la plus prometteuse pour contrer l’épidémie d’obésité, d’obésité morbide et de diabète de type 2, affirme le Dr Nicolas Christou.

Dr Nicolas Christou
Le Dr Christou préside le Premier sommet canadien sur la chirurgie métabolique1qui se déroule à Montréal les 6 et 7 mai. Il est aussi professeur de chirurgie à la Faculté de médecine de l’Université McGill et directeur de la chirurgie bariatrique au Centre universitaire de santé McGill (CUSM).
Le taux de réussite pour ce type de chirurgie est très élevé, de 80 % à 100 % des cas, soutient le Dr Christou. « Seulement 3 semaines après l’opération, l’un de mes patients a vu sa pression sanguine diminuer, son taux glycémique revenir à la normale, son apnée du sommeil et ses douleurs articulaires disparaître. »
Les patients aux prises avec un problème d’obésité morbide (surpoids de plus de 100 lb) ou ceux avec un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 35 devraient être les premiers sur la liste, mentionne Nicolas Christou. Selon lui, une chirurgie de ce genre coûte au système de santé environ 20 000 $ par patient. « Une dépense qui est complètement absorbée en 4 ans », avance-t-il.
La chirurgie bariatriquecomprend 2 types d’intervention. La première consiste à réduire le volume de l’estomac. La seconde dévie le tube digestif pour diminuer le temps d’absorption intestinale. La perte de poids associée à ces interventions représente généralement de 30 % à 50 % du poids initial.
Il déplore qu’actuellement, au Canada et au Québec, les listes d’attente pour ce type d’intervention s’allongent au profit d’autres cas jugés plus urgents, tandis que les complications liées au diabète de type 2 et à l’obésité coûteront 19,2 milliards $ en 2020, selon les chiffres de l’Association canadienne du diabète2.
L’Hôpital de Lachine, attaché au CUSM, et l’Hôpital Laval, affilié à l’Université Laval, sont les 2 grands centres au Québec où se pratiquent notamment les chirurgies bariatriques.
Danny Raymond – PasseportSanté.net
1. Le Premier sommet canadien sur la chirurgie métabolique s’inscrit dans la foulée du Diabetes Surgery Summit Consensus Conference, une réunion internationale où s’était réunie une cinquantaine de délégués internationaux en 2007, à Rome, pour élaborer les protocoles d’intervention les plus sécuritaires de la chirurgie bariatrique et déterminer un programme pour développer la recherche.
2. Pour en savoir plus : www.diabetes.ca/pensezy/faits. [Consulté le 5  mai 2010]

Wikio

About EdR

Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur. (proverbe africain)

One response »

  1. Nico says:

    Combien coûte les dégâts occasionnes par la prescription de régimes inadaptés par les professionnels de santé? Et nous nous vantons en tant que professionnel de cette nouvelle chirurgie ? Qui est le plus malade des deux entre le patient et le professionnel qui assure une malabsorption?
    Le premier travail est d’offrir de nouvelles perspectives de soin aux patients de problème de relation a la nourriture et pour cela des choses existent.
    L’humilité devrait être le maitre-mot des professionnel a la place de la toute puissance du contrôle sur le patient.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s